Premier projet « in situ » : les DNMADe espace 1 au Saut de Gouloux

La classe de DNMADe espace de première année s’est rendue, mercredi 15 mai, au Saut de Gouloux, situé dans le parc naturel régional du Morvan. Organisée par M. Raimbault, professeur de design d’espace, cette visite a permis aux 13 étudiants de réaliser l’étude de ce lieu touristique, où tombe « le Caillot », le cours d’eau formant à cet endroit une cascade de 10m de haut.

Guidé par Fabrice Alric, chargé de mission « Espaces naturels sensibles » au Conseil Départemental de la Nièvre, le groupe a cheminé dans la forêt, découvrant sur son passage les ruines d’anciens murets cachées sous la mousse, les vestiges de deux moulins, ainsi que la position d’un ancien port de flottage. Ce lieu a servi, autrefois, au flottage du bois, fournissant du bois de chauffage à Paris en acheminant les bûches par les cours d’eau.

La découverte et l’analyse du site ont inauguré un projet en partenariat avec le Conseil départemental pour la réalisation de solutions d’aménagement, d’éléments de signalétique ou autres solutions liées aux problématiques de fréquentation d’un lieu très visité.

L’étude se poursuivra jusqu’à fin septembre 2024. Une première présentation d’esquisses de projet est prévue lundi 17 juin, dans les locaux de l’ÉSAAB, devant un jury composé de membres du service Patrimoine naturel et espaces naturels sensibles du Conseil départemental, de responsables du Parc naturel du Morvan et du CAUE 58.

Exploration artistique pour les élèves de 2AA : Projet « Noir Étoile »

Suite à un appel à candidature lancé en juin 2023, la classe de seconde Arts Appliqués a été sélectionnée pour participer au dispositif « Architecture et Patrimoine, Regards de Lycéens et Apprentis ». Ce programme novateur, proposé par l’union régionale des CAUE de Bourgogne Franche-Comté, vise à éveiller la sensibilité des jeunes à leur environnement, en leur permettant d’explorer leur cadre de vie sous un nouvel angle, grâce à l’accompagnement précieux d’un intervenant : architecte, urbaniste, paysagiste, designer ou artiste.

Questionnant le rôle et la place de la lumière en architecture, les élèves ont été guidés dans ce parcours artistique par M. Gilles Pourtier, artiste sculpteur, photographe et compagnon verrier, formé notamment au CERFAV de Nancy et à l’ENSP d’Arles (http://gillespourtier.com).

Ce projet consiste à aborder l’architecture d’une manière sensorielle, en questionnant les multiples facettes du médium photographique et en explorant les liens entre architecture, patrimoine et photographie.

Autre particularité du projet : le tutorat des élèves de 2AA par leurs camarades étudiants de Classe préparatoire aux grandes écoles Arts & Design, dans le cadre des Cordées de la réussite. Ce travail collaboratif a été mené sous la supervision attentive de M. Wampach, enseignant en CPGE, qui a accompagné les élèves tout au long de cette aventure.

L’atelier a reposé sur les visites préalables de lieux emblématiques de la Ville de Nevers : l’Église Saint Étienne, édifice du XIe siècle, très bien conservé et parfaitement représentatif de l’art roman ; puis l’église Sainte-Bernadette du Banlay, conçue par Claude Parent et Paul Virilio, inaugurée et consacrée en 1966.

Les élèves de 2AA, accompagnés de leurs tuteurs, ont également visité la Cité du Vitrail à Troyes

Auparavant, les élèves avaient assisté à un cours portant sur le fenestrage dans les types roman et gothique, et reçu une formation à la technique du cyanotype.

Ce projet représente une opportunité pour les élèves de développer leur créativité, leur sensibilité artistique et leur compréhension de l’environnement architectural qui les entoure. La collaboration avec des étudiants leur permet également de découvrir concrètement le fonctionnement d’une formation de l’enseignement supérieur et de commencer à se projeter en termes d’orientation.

À venir dans le courant du mois de juin, la restitution de cet atelier, dans les locaux de l’Ésaab.

L’ÉSAAB au Festival International des jardins

Les professeurs de design d’espace de l’ÉSAAB ont organisé, le 30 avril dernier, pour les 3 niveaux de DNMADe une sortie à Chaumont-sur-Loire. Se sont joints à eux des camarades de DSAA (niveau master), de la mention espace, ainsi que Mme Karen Chevallier, architecte conseillère au CAUE 89, et la directrice du CAUE 58, Mme Claire-Hélène Delouvée, qui a apporté son expertise en tant que paysagiste. Une occasion d’échanger ses impressions entre passionnés !

 Le Domaine de Chaumont-sur-Loire s’est forgé une identité singulière : à la fois lieu patrimonial inscrit dans le circuit des châteaux de la Loire, parc offrant une plongée dans les différentes civilisations du jardin (« jardins pérennes »), et site de présentation de la création paysagère contemporaine (« festival international des jardins »).

Existant depuis 1992, le Festival réunit chaque année plusieurs artistes, plasticiens et paysagistes à l’issue d’un concours. Biomimétisme au jardin (édition 2021), Jardin résilient (2022) ou encore Jardin, source de vie (2024), autant de thèmes et d’incitations pour faire de ce festival un laboratoire de la création de jardins et paysages contemporains. Conçues par des équipes pluridisciplinaires, les œuvres sont installées directement dans le Château et visibles par tous les promeneurs venus explorer les jardins.

Au cours de cette journée, le groupe a déambulé dans les divers espaces du Domaine, découvrant l’expérience unique offerte par chacun de ces lieux, ainsi que les différents univers des artistes et créateurs exposés.

À l’extérieur, le Parc et les Jardins sont au cœur de l’évènement, faisant se côtoyer, parmi tant d’autres, les installations de l’artiste Giuseppe Penone, du designer Mathieu Lehanneur ou du botaniste et chercheur au CNRS Patrick Blanc. Les étudiants ont aussi eu la chance de se promener au potager conservatoire du Domaine, installé en 2009, afin de faire redécouvrir aux visiteurs plusieurs variétés de plantes oubliées. Des serres sont aussi présentes à l’extérieur du Château, regroupant une collection de diverses plantes exotiques pour un dépaysement garanti grâce à un voyage botanique. Enfin, à l’intérieur du bâtiment, les élèves et leurs professeurs ont visité les multiples espaces d’expositions, aménagés pour accueillir expositions temporaires, installations artistiques ou activités culturelles. 

Une véritable immersion au cœur du règne végétal, dans toutes ses formes et ses interprétations, qui imprégnera assurément les futures créations des étudiants.

Sortie culturelle à Paris pour les élèves d’Arts Plastiques

Les élèves de Terminale Spécialité et Option Arts plastiques ont eu l’opportunité, jeudi 4 avril, de participer à une sortie culturelle à Paris, explorant les lieux artistiques de la capitale dans le cadre de leurs cours.

La journée s’est engagée par une visite du Quartier Beaubourg, secteur phare de l’art contemporain à Paris, connu pour abriter plusieurs œuvres de street art. Cette excursion a offert aux élèves une plongée au cœur de l’art et de la culture urbaines.

Lors de cette matinée, les terminales ont eu la chance de visiter deux galeries d’art renommées : la galerie Sémiose et la galerie Thaddaeus Ropac. Spécialisées dans l’art contemporain, elles ont offert une belle immersion dans le monde artistique international : photographies de Robert Mapplethorpe, sculptures de Richard Deacon et Wolfgang Laib, ou encore œuvres de la jeune artiste Amy Bravo.

La demi-journée s’est clôturée par une halte aux abords du Centre Pompidou, près de la fameuse fontaine Stravinsky, réalisée par les artistes Jean Tinguely et Niki de Saint Phalle.

Dans la seconde partie de la journée, les 35 élèves et leurs accompagnateurs ont entamé la visite du musée du Centre Pompidou. Déambulant au cœur des collections permanentes modernes et contemporaines, le groupe a découvert les nombreuses œuvres présentes dans le bâtiment, dont l’aspect s’inspire de l’esthétique industrielle.

Cette sortie culturelle s’est achevée par la visite du Musée de l’Orangerie, un lieu emblématique de la peinture impressionniste et post-impressionniste, situé au cœur du Jardin des Tuileries. Cette visite a permis aux lycéens de découvrir certaines des plus grandes œuvres avec notamment la découverte du très renommé Cycle des nymphéas de Claude Monet.

Workshop marionnettiste pour les DSAA1

Dans le cadre du programme de recherche international « Puppets on screen » (les marionnettes à l’écran), Samuel Kaczorowski reçoit le marionnettiste et créateur de marionnettes Mehdi Garrigues. Depuis son immersion dans l’atelier d’Alain Duverne (créateur des marionnettes des Guignols de l’info et du Bebête show), Mehdi consacre toutes ses heures à la création et à la confection de créatures en mousse, en fourrure et en tissu. Depuis son atelier de Tours, le « père » de Jean-Marc (singe de Jeff Panacloc) a confectionné pratiquement toutes les marionnettes du paysage médiatique français.
 
Après avoir présenté son parcours professionnel et les spécificités techniques de la marionnette filmée, Mehdi Garrigues a proposé aux étudiants de première année de DSAA un atelier manipulation – l’occasion de s’initier à l’art très difficile de l’acting synchronisé à deux ou trois manipulateurs, avec des personnages plus ou moins complexes à animer, allant du « Muppet » à la marionnette de type « Guignol ». Prochainement, l’acte 2 du workshop permettra de concevoir, de fabriquer et d’animer une créature originale.
 
Crédit image : Mehdi Garrigues, Alain Duverne, Yves Brunier, Michel Ploix, Michel Soubeyrand.
 

Cet article a été rédigé par M.Kaczorowski, professeur référent des DSAA1 sur ce projet.

  Projet « Tulou sur Loire »

Vendredi 12 avril, les étudiantes de DNMADe Espace 2 ont présenté l’ensemble de leurs productions pour un projet nommé Tulou sur Loire, point culminant d’un mois de workshop intense de créativité et de travail collaboratif.

Lancée lundi 11 mars par le professeur en design d’espace M.Raimbault, cette étude a été menée sous la direction de deux architectes, Patrice Warnant et Éric Arsenault, s’inscrivant dans l’idée d’un laboratoire de recherche et d’innovation. Leur classe divisée en deux équipes, chacune en « agence » sous la direction d’un des architectes, les étudiantes ont pu avancer sur les diverses pistes de recherches pour un projet fictif de nouvel habitat en zone inondable.

Dans une structure en béton imposée, s’inscrivant dans une géométrie inspirée des Hakka-Tulou chinois, les DNMADe espace ont eu à questionner la notion de « maison-village » en concevant un nouveau type d’habitat collectif. Ainsi elles ont pu imaginer et explorer les possibilités pour ce bâtiment implanté sur la rive gauche de la Loire à Nevers, associant les évolutions de notre société, de notre environnement, à cette architecture traditionnelle. Dans ce travail, quatre aspects étaient à prendre en compte pour la présentation finale : les espaces d’habitation, les espaces inondables, les espaces communs, ainsi que les façades.

Réparti sur 5 semaines, le workshop alternait entre semaine de travail en autonomie, et semaine de travail en équipe avec l’architecte, parfois directement dans son agence (ABW Warnant Architecte et Éric Arsenault Architecture).

Le projet s’est clôturé par la présentation des propositions, devant la classe et les intervenants, sous la forme d’un ensemble de croquis, visuels et plans techniques définissant au mieux les concepts.

 

http://abwwarnant.blogspot.com/

https://www.arsenault.fr/

 

Camille Baroux et Louisa Cerclé de retour à l’ÉSAAB.

L’ÉSAAB a eu le plaisir d’accueillir Camille Baroux et Louisa Cerclé pour une première session d’un workshop de graphisme, du lundi 25 au vendredi 29 mars. 

Anciennes étudiantes de l’ÉSAAB, Mmes Baroux et Cerclé sont revenues dans nos locaux afin de questionner les relations entre mise en page et mise en scène sur un projet d’expérimentation graphique avec les étudiants de première année en DNMADe Graphisme.

Pendant ces 5 jours, une réflexion approfondie a été menée en s’appuyant sur une activité spécifique : les étudiants, réunis en groupes, ont été invités à choisir une affiche parmi une sélection préexistante réalisée par des graphistes professionnels. Une fois l’affiche sélectionnée, les élèves ont été chargés de développer un univers scénique en lien étroit avec son graphisme.

Cette demande impliquait la création d’univers visuels, sonores et même dramaturgiques, qui se basaient sur les éléments graphiques et esthétiques de l’affiche choisie. En d’autres termes, les élèves devaient explorer et exprimer les concepts, les ambiances et les émotions évoqués par l’affiche à travers différents médiums, allant de la mise en scène visuelle à la composition sonore et même à la performance.

Cette approche a permis aux étudiants de plonger profondément dans la compréhension de la manière dont le design graphique peut être interprété et mis en relation avec d’autres formes d’expression artistique, enrichissant ainsi leur expérience et leur compréhension du processus créatif dans le domaine du design.

L’ÉSAAB remercie chaleureusement Camille Baroux et Louisa Cerclé pour leur précieuse contribution à ce workshop et pour leur engagement envers les étudiants.

https://camillebaroux.eu/

https://louisacercle.fr/

Workshop de Paul Bouigue : Association entre mots et images

Dans la semaine du 18 au 22 mars, les étudiants en deuxième année de DNMADe graphisme ont participé à un workshop, organisé par leur professeur, M.Chancogne, aux côtés de Paul Bouigue. Sous sa direction, les étudiants ont eu pour objectif de se préparer à la rédaction de leur futur mémoire de troisième année.

Diplômé en 2022 d’un master à l’École des Arts Décoratifs de Paris, Paul Bouigue est un designer graphique touchant à de nombreuses autres pratiques : photographie, écriture, couture…

Afin d’amorcer le travail, le designer a apporté une dizaine de dictionnaires anciens, richement illustrés. Après les avoir feuilletés, chaque étudiant a sélectionné un certain nombre de termes, et les a associés à différentes illustrations, prélevées de manière aléatoire. Le travail consistait ensuite à établir un lien sémantique entre ces deux éléments en s’appuyant sur leurs définitions respectives et leur polysémie. Enfin, les 13 étudiants ont travaillé à la mise en page de leurs idées, en expérimentant différentes recherches de composition. Des tests d’impression ont également été réalisés pour évaluer le rendu final et ajuster si nécessaire.

Ce workshop est reconduit dans son principe chaque année. Il constitue une entrée dans la réflexion que les étudiants auront à mener sur leur projet personnel de 3e année et plus spécifiquement d’amorcer le travail de préparation du mémoire, qui sera soutenu à l’oral en décembre 2024.

https://pual.cool/

Résidence d’artiste d’Alban-Paul Valmary : La Loire en couleurs.

Chaque année depuis 2013, l’ÉSAAB a la chance de pouvoir accueillir une résidence d’artiste pour une des classes post-bac, dans le cadre du label          « Excellence Métiers d’Arts ». En effet, ce label, attribué aux écoles proposant une offre de formation originale et de qualité dans le domaine des métiers d’arts, permet le financement de la résidence par la DRAC.

Cette année, ce sont les étudiants de première année de DNMADe Graphisme qui participent à cette expérience et ils ont d’abord eu à choisir, parmi une sélection d’artistes, celui avec lequel ils souhaitaient travailler : Alban-Paul Valmary.

Répondant régulièrement à une activité de commande dans le milieu de la culture, ce designer graphique aborde son travail comme une collaboration avec de nombreux artistes, écrivains, écoles d’arts, architectes… Cette rencontre a donné l’occasion aux étudiants de première année de découvrir le travail en équipe, la coopération de plusieurs personnes dans un même projet.

La première prise de contact a eu lieu le 8 février, lors d’une conférence donnée par Alban-Paul Valmary présentant sa pratique aux étudiants.

La première phase du workshop s’est déroulée du 18 au 22 mars. Dans un premier temps, le designer a invité les 14 étudiants à se documenter sur la flore, la faune, les légendes, les trafics fluviaux ligériens. Cette investigation a enclenché les recherches graphiques de la seconde étape : l’objectif était de parvenir à créer les motifs d’une voile de bateau à l’aide de tampons. À partir de blocs de mousse de récupération, les étudiants ont fabriqué de nombreux tampons aux formes variées et produit de multiples compositions, résultant des variations dans les combinaisons de motifs.

La collaboration des étudiants avec Alban-Paul Valmary reprendra au mois de mai. Viendra ensuite le temps de la restitution au début de l’année scolaire 2024-2025, dans les locaux de Tombolo Presses (structure porteuse de la résidence) : l’espace Ravisius Textor.

https://albanpaul.com/

Immersion culturelle à Lyon : une sortie cinématographique pour les élèves en Cinéma-Audiovisuel

Les élèves de la section cinéma-audiovisuel du Lycée Alain Colas ont récemment fait une plongée dans l’univers cinématographique lors d’une sortie culturelle à Lyon, le mercredi 13 mars dernier.

Divisée en deux parties, l’escapade a démarré par une visite guidée du musée de l’institut Lumière, lieu consacré à la protection et à la projection du patrimoine cinématographique. Dédié aux origines du cinéma, le musée est installé au sein de la Villa Lumière et ouvre à la découverte des inventions des deux frères Lumière, qui ont joué un rôle capital dans l’histoire du cinéma. Les élèves ont eu l’opportunité d’assister à la projection privée du film La Dolce Vita de Federico Fellini au sein de l’institut, œuvre s’inscrivant dans le cadre de leur programme de baccalauréat.

Pour couronner la journée, les élèves se sont rendus à l’Auditorium Maurice-Ravel afin d’assister à un ciné-concert exceptionnel : l’Orchestre National de Lyon, sous la direction de Timothy Brock, a interprété Faust de Murnau. Cette expérience leur a ainsi permis de vivre la fusion entre musique et cinéma dans un cadre immersif.

Un projet d’Arts Appliqués qui donne le sourire.

En février, les élèves de Terminale STDS2A ont présenté leurs propositions de réaménagement et de décoration du « Café Sourire » à l’Adapei de la Nièvre. C’était l’aboutissement d’un projet débuté en janvier, à l’initiative de leur professeur, Jean-Luc Diény. 

Les élèves, répartis en 5 groupes, ont été encadrés par Jean-Luc Dieny, professeur d’arts appliqués, en partenariat avec Mathias Coindre, éducateur à l’ADAPEI 58, également encadrant des jeunes en situation de handicap dans ce café.

Après avoir rencontré les membres de l’association et établi les spécifications du projet, les lycéens se sont rapprochés de la communauté d’Emmaüs de Magny-Cours. L’objectif ? Intégrer du mobilier déjà existant dans les propositions élaborées par les élèves.

Au lieu de choisir un seul projet parmi les cinq présentés, les responsables ont décidé de combiner les idées les plus pertinentes de chaque équipe pour obtenir le meilleur résultat possible. Les professeurs sont fiers de leurs élèves, qui ont démontré un grand niveau d’engagement et d’intérêt pour ce projet. Pour ces derniers, cette expérience a été enrichissante et stimulante, avec une volonté de suivre l’évolution du Café Sourire, au-delà de la conclusion du projet.

Cette initiative marque donc le début d’une nouvelle aventure pour tous les participants !

 

https://www.lejdc.fr/nevers-58000/actualites/ces-lyceens-fourmillent-didees_14437075/

 

https://www.lejdc.fr/nevers-58000/actualites/le-debut-dune-belle-aventure_14447954/

 

L’art écologique : une conférence captivante de François Salmeron

L’ÉSAAB a eu le privilège d’accueillir François Salmeron, lors d’une conférence mémorable le vendredi 15 mars. Philosophe, enseignant, journaliste, critique d’art et trésorier de l’AICA France, M. Salmeron a partagé son expertise en articulant ses recherches doctorales à la présentation son ouvrage, Itinérances écologiques – art, éthique et environnement.

Les questions soulevées lors de cette conférence ont ouvert un dialogue sur la relation entre les arts visuels et la question écologique. Plusieurs réflexions ont été menées, interrogeant la manière dont les œuvres d’art et la perspective de l’art écologique nous offrent de nouvelles façons de créer, de vivre et de penser notre relation avec la nature et l’écosystème.

Sa présentation a permis aux étudiants de se questionner sur la réévaluation de la place du vivant et de la création plastique dans les changements écologiques actuels, ouvrant ainsi de nouvelles perspectives sur les interactions entre l’art et l’environnement.

Nous remercions notre partenaire, le centre d’art contemporain Parc Saint Léger, qui a organisé cette conférence, et François Salmeron pour ce moment de partage avec les lycéens et les étudiants.

Prochaine exposition à venir : http://www.parcsaintleger.fr/portfolio/yann-lacroix/

https://www.lejdc.fr/nevers-58000/loisirs/a-la-decouverte-de-lart-ecologique-avec-francois-salmeron-a-l-esaab-de-nevers_14465465/